A propos

Certains signes m’émeuvent plus que d’autres : les mots, les corps, et aussi les rebuts. Je les assemble comme pour écrire une langue, sur des interstices, je fais des expériences. Je travaille depuis l’intime, tel que me l’ont légué mes grands-mères ; cette intimité qui est politique. J’essaye de recoudre la société sur une base sorcière.
Ma pratique s’inscrit dans le champ de la performance, avec quelque chose qui vient de l’art brut. J’aime bien la notion d’objets relationnels développée par Lygia Clark. Je me sens proche des mouvements écoféministes, LGBTQI+ et aussi de Marcel Proust.

contact[at]helenegugenheim.com