Nuits (roman-poème, 2014)

Nuits, éditions Gaspard nocturneC’était un paysage ingrat où l’herbe poussait folle. Seule, une broussaille épineuse s’y multipliait, dissimulant, non sans malveillance, l’à-pic de la roche qui se dérobait brusquement, pour plonger quelques centaines de mètres plus bas, dans les profondeurs mouvantes et glacées de l’océan.
Sur cette longue langue inhospitalière, le jour ne révélait nulle âme qui vive. Mais, lorsque la nuit tombait, noire et épaisse comme l’encre de seiche, un chat errant et famélique eût su distinguer l’inquiétante course d’un cavalier sans tête.
Chaque nuit, il éperonnait rageusement son infernal destrier dont la robe d’ébène était maculée de larges croûtes de sang séché. Comme tous ses semblables, ce cavalier sans tête était dans une colère aussi noire que la nuit. Chaque battement de cœur, un uppercut fêlant la cage thoracique. Sous le squelette épais, les viscères se tordaient dans les flammes d’un enfer intérieur.
Son encolure à vif exigeait réparation et, à défaut de pouvoir l’obtenir, il cherchait d’autres têtes à trancher. Il lui fallait ériger des digues de souffrances, seules capables de contenir cette affreuse brûlure de tout son être. Il se cognait donc de tout son poids contre la réalité, écorchant les peaux, brisant les os et massacrant le sol en quête de vengeance.
[…]

Nuits, roman-poème, 104 pages, éditions Gaspard Nocturne, 2014.